Gérer le stress à la rentrée

  1. Prenez soin de vous! Allez-y en douceur avec vous-même, donnez-vous une chance. Nous avons besoin de quelques jours (ou de quelques semaines) pour reprendre le rythme des études. Pour prolonger les bienfaits des vacances, gardez-vous quelques heures par semaine pour « prendre la vie cool ».
  2. Planifiez vos moments de détente! Identifiez et surtout réservez à votre agenda des moments qui seront consacrés à la détente. Ces rendez-vous avec soi, pour lire, prendre une marche, faire du sport ou de l’art doivent être sacrés!
  3. Allégez votre emploi du temps! Osez supprimer les activités et les rendez-vous moins importants pour le moment. Nous avons tous tendance à en ajouter. Identifiez vos priorités. Ne gardez que l’essentiel, l’indispensable!
  4. Utilisez vos ressources personnelles! Puisez dans votre expérience, vous avez sûrement vos trucs personnels; faites-en la liste et appliquez-les un à un. C’est le moment de se donner de bonnes résolutions.
  5. Donnez-vous le droit d’être stressé! Après tout, nous sommes des êtres humains! La rentrée est un changement de rythme qui nous amène tous du stress. Parlez-en avec d’autres, vous verrez que vous n’êtes pas seul à vivre cette situation. Rappelez-vous qu’avec un peu de temps et d’humour, ça passera.

Julie Alain, travailleuse sociale

Concilier les études et le travail : un défi plus important qu’on ne l’imagine

Vous connaissez la procrastination? Eh oui, c’est cette fameuse habitude de tout remettre à plus tard ! Vous vous sentez concerné? Vous faites partie des nombreuses personnes qui en paient cher les conséquences négatives (anxiété, culpabilité, dévalorisation de soi, épuisement, échec, etc.)? Vous souhaitez modifier cette habitude? Oui, c’est possible ! Dans la mesure où vous êtes décidé à vous investir afin de prévenir le cauchemar de fin de session! Même si vous avez réussi à passer à travers la dernière fois, rien ne garantit que vous réussirez chaque fois…Vaut mieux prévenir!

Nombreuses sont les raisons qui peuvent expliquer cette habitude : manque de discipline, peur de l’inconnu, perfectionnisme, évitement de l’effort, qui finalement devient une habitude bien ancrée ou un comportement conditionné. Quoi qu’il en soit, toute habitude peut se modifier lorsque nous la conscientisons et que nous sommes prêts à faire les efforts nécessaires (peut-être pas si importants qu’on ne l’imagine)!

Par où commencer? Voici quelques pistes toutes simples qui peuvent vous inspirer.

  1. Faites la liste de tous les malaises que ce comportement vous cause et gardez-la tout près.
  2. Identifiez vos raisons personnelles de remettre à plus tard.
  3. Améliorez votre capacité à gérer votre temps; plusieurs techniques concrètes existent.
  4. Évaluez l’ensemble de votre charge de travail incluant les études et le travail rémunéré. Peut-être avez-vous une surcharge de travail et des objectifs irréalistes.
  5. Identifiez les périodes de la journée où vous êtes plus productif et utilisez-les pour les activités prioritaires.
  6. Explorez votre environnement afin d’identifier le lieu qui vous convient le mieux; pour plusieurs personnes, la maison est un endroit trop distrayant.
  7. Établissez vos propres échéances et impliquez quelques partenaires de votre entourage qui vous aideront à les respecter.
  8. Donnez-vous des habitudes d’automotivation et de renforcement positif (encouragez-vous, félicitez-vous, etc.).
  9. Passez à l’action en expérimentant de nouvelles façons de faire maintenant.
  10. Soyez patient, tout changement demande du temps et implique des rechutes.

Inspiré de : Anne-Louise Fournier, Surmonter la procrastination scolaire.

Les ateliers du métier d’étudiant pourraient aussi vous être utiles !

Julie Alain, travailleuse sociale

À la dernière minute?

Vous connaissez la procrastination? Eh oui, c’est cette fameuse habitude de tout remettre à plus tard ! Vous vous sentez concerné? Vous faites partie des nombreuses personnes qui en paient cher les conséquences négatives (anxiété, culpabilité, dévalorisation de soi, épuisement, échec, etc.)? Vous souhaitez modifier cette habitude? Oui, c’est possible ! Dans la mesure où vous êtes décidé à vous investir afin de prévenir le cauchemar de fin de session! Même si vous avez réussi à passer à travers la dernière fois, rien ne garantit que vous réussirez chaque fois…Vaut mieux prévenir!

Nombreuses sont les raisons qui peuvent expliquer cette habitude : manque de discipline, peur de l’inconnu, perfectionnisme, évitement de l’effort, qui finalement devient une habitude bien ancrée ou un comportement conditionné. Quoi qu’il en soit, toute habitude peut se modifier lorsque nous la conscientisons et que nous sommes prêts à faire les efforts nécessaires (peut-être pas si importants qu’on ne l’imagine)!

Par où commencer? Voici quelques pistes toutes simples qui peuvent vous inspirer.

  1. Faites la liste de tous les malaises que ce comportement vous cause et gardez-la tout près.
  2. Identifiez vos raisons personnelles de remettre à plus tard.
  3. Améliorez votre capacité à gérer votre temps; plusieurs techniques concrètes existent.
  4. Évaluez l’ensemble de votre charge de travail incluant les études et le travail rémunéré. Peut-être avez-vous une surcharge de travail et des objectifs irréalistes.
  5. Identifiez les périodes de la journée où vous êtes plus productif et utilisez-les pour les activités prioritaires.
  6. Explorez votre environnement afin d’identifier le lieu qui vous convient le mieux; pour plusieurs personnes, la maison est un endroit trop distrayant.
  7. Établissez vos propres échéances et impliquez quelques partenaires de votre entourage qui vous aideront à les respecter.
  8. Donnez-vous des habitudes d’automotivation et de renforcement positif (encouragez-vous, félicitez-vous, etc.).
  9. Passez à l’action en expérimentant de nouvelles façons de faire maintenant.
  10. Soyez patient, tout changement demande du temps et implique des rechutes.

Inspiré de : Anne-Louise Fournier, Surmonter la procrastination scolaire.

Les ateliers du métier d’étudiant pourraient aussi vous être utiles !

Julie Alain, travailleuse sociale